L'Amour

Depuis un moment déjà, je réfléchissais à écrire cette page sur un sujet qui est actuellement au coeur de ma vie, l'Amour.

Des fois on croit le connaître, on croît qu'on est amoureux, on croît que c'est çà et pourtant on a un imperceptible sentiment de déception, on s'attendait à une explosion de passions, à un feu d'artifice de sentiments, on espérait l'Amour avec un grand A et la seule manière de repousser ce sentiment de déception c'est de se persuader qu'on rêvait et que çà n'existait finalement que dans les films et les romans, que ceux qui disaient le vivre devaient probablement se la jouer un peu...

Alors on s'attarde à faire durer son couple, à aller de concession en concession et on fini par penser que l'amour c'est finalement une entente cordiale qui, peut-être, passât au début par une phase plus ou moins courte de passion, mais qui rapidement tourna en un train-train quotidien ponctués de moment intimes plus ou moins fort.

Les années passent, la passion même infime s'estompe, et on commence à faire les comptes, à regarder les jeunes amoureux sur les bancs, et les moins jeunes qui se regardent amoureusement 20ans plus tard encore. On se surprend à les envier, on se surprend à ne pas réussir à vouloir continuer sur cette voie, mais on se dit aussi que "c'est normal", que tous les couples sont comme-çà, que l'Amour ne va qu'un temps pour laisser place à quelque chose de plus terre à terre et dans lequel on y trouve quand même, finalement, son compte.

Quant à moi, mes idéaux de jeunes célibataires sur l'Amour passionnel, fusionnel, sur les sens exacerbés et le besoin permanent de l'autre, tout cela volat en éclat, l'Amour avec un grand A, çà ne devait apparemment pas exister, ou en tout cas c'était pour les autres... pourtant plusieurs années passèrent et les idéaux étaient encore là et toujours ce sentiment de manque au fond de moi alors que pourtant je ne manquais visiblement de rien.

L'Amour est venu frapper à ma porte, un jour sans prévenir. Il est venu de là où je l'attendais le moins, du passé. Ce fût la plus grande révélation de ma vie jusqu'à présent. Mon idéal s'est alors réalisé, sans que je n'ai à faire d'autre effort que d'être simplement moi-même, de me laisser aller.

L'Amour, je penses maintenant être en mesure de dire que je sais ce que c'est, que l'Amour avec ce grand A existe bel et bien, qu'il faut peut-être oser l'attraper quand il passe, qu'il faut aussi avoir une dose de chance car malheureusement tout le monde n'a pas l'occasion de le toucher.

Cet Amour est  si fort que les mots ne suffisent pas à l'exprimer, alors je vais tenter de l'esquisser avec des exemples, des sensations, des descriptions de moments, et peut-être que vous vous y retrouverez, en tout cas je l'espère.

Un premier élément troublant c'est lorsque l'on fini les phrases de l'autre, ou que l'on dit des phrases identiques en même temps. On ne peut qu'en sourire même si on se sent étrange, c'est le début de quelque chose de plus fort. Et puis on compare nos vies et on y trouve un foule incroyable de coïncidences, comme si nos vies s'étaient croisées pendant si longtemps, aussi bien sur les dates que sur les lieux, ou les connaissances respectives, que c'était fou de ne pas s'en être rendu compte plus tôt.
Ensuite, on aborde des sujets plus personnels, de nos aspirations par rapport à la vie, de ce que l'on reproche à nos vies respectives, et on a l'impression de parler à son echo dans une grande vallée verdoyante baignée de soleil.

A ce moment-là, j'ai senti quelque chose de nouveau, ou plutôt dans mon cas précis, une répétition d'un vieux sentiment que je n'avais plus ressenti depuis 18 ans. J'étais jeune à l'époque, j'avais 12ans et je ne maîtrisais pas ce que je ressentais, et je me souvenais de la douleur que ce sentiment pouvait procurer, qui à l'époque m'avait fait rompre, pour éviter ensuite durant 6ans de croiser le regard de cette fille qui m'avait fait éprouver cette "douleur", sans oser en parlant à mes amis, sans vraiment m'expliquer pourquoi une telle attitude toutes ces années... mais je le ressentais à nouveau, sauf que je n'avais plus de douleur, juste une sorte de douce chaleur au niveau du torse, au niveau du coeur, avec ce battement, rythmé et fort. Petit à petit, on devient en manque et on est obligé de reparler à cette femme qui nous fait cet effet.

La complicité s'installe, les conversations tournent sur des sujets de plus en plus personnelles, comme pour tester nos affinités, et toujours cette sensation d'être compris, et de comprendre, que çà en devient étonnant, extraordinaire, presque gênant : "Et si elle faisait exprès de me faire croire qu'on est sur la même longueur d'onde?". On se test et étrangement les tests sont concluants, rassurant et on a besoin de toujours plus de contact, de toujours plus de...

On se sent bien, sur un petit nuage, on s'en étonne mais on en veut encore plus, alors vient la première rencontre et on a beau avoir 30ans, on se sent comme un collégien à son premier rendez-vous. Vient alors le premier contact charnel, incontrôlable, inévitable, indomptable... une explosion de passions, une fusion parfaite, nouvelle, troublante. Des heures qui s'écoulent sans que l'on s'en rende compte, la communion est parfaite, intense, la danse ne semble pas vouloir s'arrêter...  pourtant le réveil sonne, et la séparation est une déchirure, une torture, les larmes coulent, on ne se reconnaît plus...

On renaît, on revit et on ne souhaite qu'une seule chose, être à nouveau réuni. Plus rien ne compte, et malgré nos propres expériences on s'aperçoit que c'est nouveau, que c'est même totalement nouveau, que jamais encore nous n'avions éprouvé ce genre de sentiment avant, si fort, si présent, si intense, pour un(e) autre.

L'Amour donne réellement des ailes et nous fait faire des choses que l'on ne se croyait pas capable d'accomplir, et pourtant malgré l'improbable réussite de cette relation arrivant "trop tard" dans nos vies respectives et rangées, nous voici réunis définitivement 5 mois plus tard. L'espoir fait vivre, surtout les imbéciles! Alors je suis heureux d'avoir été un imbécile, et d'encore l'être aujourd'hui.

Le besoin constant d'être avec l'autre, la panique incontrôlable de ne plus savoir où elle se trouve alors qu'elle n'ai plus dans la pièce où on l'avait laissé quelques secondes plus tôt.
Une sorte d'harmonie intense s'est installée. Vivre de façon fusionnelle et réciproque, sentir qu'on ne peut pas vivre sans l'autre. La peur constante de perdre cet être et de ne jamais s'en remettre.
Etre séparer 2 petites journées est une torture, et les retrouvailles sont si follement intense que c'est comme si nous ne nous étions plus vue depuis des mois.

Et le quotidien, que ce soit sur les tâches ménagères, l'organisation, la cuisine, toutes ces choses qui semblent anodines aux premiers abords mais ont une telle importance qu'elles eurent parfois (souvent?) raison de nombreux couples, même là l'entente est parfaite, nos goûts s'accordent, nos envies aussi. Pas de concession nécessaires...

Ne plus vivre que pour la retrouver le soir, se demander en permanence ce qu'elle fait, avoir besoin de ses nouvelles en permanence, ne pas oser s'éloigner du téléphone, une dépendance forte à l'autre est née, plus forte qu'une drogue chimique.

Lorsque je suit avec elle, je ne porte aucune armure, lui dire mille fois que je l'aime fini par m'émouvoir au point de sentir les larmes couler, sans raison apparente. Et ressentir son mal-être, savoir au premier coup d'oeil, au premier tintement de sa voix au téléphone quand quelque chose ne va pas.

Un jour où elle se sentait mal, fatiguée, je l'ai serré contre moi pour ne pas qu'elle tombe, son coeur contre mon coeur, et quelque chose de fort se passa, me surpris, elle se reprise en me disant se sentir mieux, alors que je titubais à mon tour pris de vertige, comme si j'avais été connecté à elle pour lui prendre son mal être un moment.

Âmes soeurs

"L’âme sœur est un concept qui désigne une compatibilité amoureuse, amicale ou sexuelle qui serait parfaite entre deux individus. Le terme est employé dans la vie courante pour évoquer une relation de ce type et par divers courants New Age dans le sens d’âmes prédestinées à se rencontrer.

Une théorie des âmes sœurs peut être trouvée dans le Banquet de Platon : Les êtres humains, à l’origine, auraient été constitués de quatre bras, quatre jambes et d’une seule tête à deux visages. Zeus, qui aurait craint leur pouvoir, les aurait coupé en deux, les condamnant à passer le reste de leur existence à rechercher la part manquante[1]."

 

source: wikipedia


 

Aujourd'hui, je crois avoir retrouvé mon âme soeur, ou plutôt c'est elle qui me retrouva, car de ses propres mots, elle ne m'oublia jamais et n'eût de cesse de me retrouver.

 

A l'amour de ma vie, à mon âme soeur